Selon les estimations, un Français subit un accident vasculaire cérébral toutes les quatre minutes. La grande majorité des personnes atteintes de cet accident vivent avec des séquelles. Quels sont les signes de l’AVC ? Comment le prévenir ? Quels sont les traitements ?

Les symptômes de l’AVC

L’AVC survient suite à un problème de circulation du sang dans le cerveau dû à une rupture ou une obstruction d’un vaisseau sanguin. L’accident ne prévient pas. Toutefois, quelques signes devraient alerter. Ainsi dans le cas où l’un des symptômes suivants apparaît, il est absolument indispensable d’intervenir en urgence :

– Des difficultés soudaines à parler, à s’exprimer
– Une perte de la sensibilité / sensation d’engourdissement au niveau de la face ou des membres
– Des maux de tête atroces pouvant être accompagnés de vomissement
– Des problèmes soudains de vision : perte de la vision de couleur, vision troublée.

prevenir avc

Les facteurs de risques et les mesures préventives

Selon les études effectuées par le corps médical, il existe des facteurs de risques de l’accident vasculaire cérébral. Ils sont évitables. Il est donc important de les surveiller en guise de prévention. Sachez alors que l’hypertension, la sédentarité, le diabète, l’obésité, le stress chronique, une mauvaise alimentation, la consommation d’alcool et le tabagisme favorisent l’apparition de l’AVC. Les personnes qui souffrent d’apnée de sommeil, de migraines et celles qui sont atteintes d’un trouble cardiaque sont également plus exposées aux risques d’AVC.

Quels sont traitements ?

En cas d’AVC, la priorité du médecin est de rétablir la circulation sanguine du patient. Ensuite, il va rapidement identifier la cause de l’AVC pour prescrire le traitement adapté. Cela peut comprendre des interventions médicamenteuses, chirurgicales et non chirurgicales. Dans tous les cas, une prise en charge médicale précoce de la personne atteinte limite la gravité des séquelles.

Malheureusement, après une attaque, de nombreuses personnes continuent de souffrir de ses séquelles. Ces dernières peuvent être cognitives, sensitives, motrices ou encore sensorielles. Dans le cas où l’accident a engendré une perte de la motricité d’une jambe ou de la totalité du corps, l’utilisation d’un fauteuil roulant électrique peut être prescrit par le médecin. A noter que si vous disposez d’un fauteuil roulant manuel, avec un dispositif comme le Yomper, il est possible de le transformer facilement en fauteuil roulant électrique. En plus des médicaments, la personne atteinte a également besoin d’une rééducation motrice pour lui permettre de retrouver les capacités qu’elle avait avant l’AVC.

Lire aussi : Solutions arthroses de la hanche.